Le Paramètre Hasardeux

Dimensions: A4 portrait
Support: papier recyclé A3
Technique: sérigraphie aux encres végétales
Type: édition regroupant les impressions effectuées pendant le workshop
Exemplaire(s): 22
Un des exemplaires de cette édition est consultable à la bibliothèque de l'ESADHaR du Havre.
---

Le workshop « Le Paramètre Hasardeux » a eu lieu du 27 au 29 avril 2016 sur le site du Havre. Cet atelier a été organisé par Marion Bonjour, Soizic Bourhis et Angélique Boudeau, étudiantes en 4è et 5è année Design Graphique. Avec la participation enthousiaste et dynamique de 14 étudiants de premier cycle.

Cette année à l'ESADHaR, les étudiants de second cycle ont été invités à proposer un workshop à destination des 1ères, 2è et 3è années. C'est ainsi que « Le Paramètre Hasardeux » a eu lieu dans une salle de cours banale.
Cet atelier de sérigraphie DIY* offrait aux étudiants intéressés la possibilité d'appréhender différemment cette technique d'impression :
L'ordinateur a été mis de côté (sauf pour la musique), tout à la main ou rien. Les encres conventionnelles ont fait place aux encres du potager : betterave, chou rouge et oignon (pour le plaisir olfactif des participants). Si au Havre peu d'étudiants disposent d'un jardin, le marché est généreux en matières premières pour la fabrication d'encres faites maison et écologiques. Ces dernières, développées par Angélique BOUDEAU et Soizic BOURHIS (5è et 4è année Design graphique), sont le fruit de leurs recherches concernant la réduction de l'impact environnemental de
la création graphique.
Composée autour de formes non-signifiantes se répondant les unes les autres, l'édition collective résultant de ce workshop n'était au final qu'un prétexte. Au-delà de l'objet éditorial, ce que nous avons développé avec les étudiant(e)s pendant ces trois jours, c'est la création d'un esprit de groupe, une énergie collective, des dynamiques collaboratives. De plus, la conception exclusivement manuelle de leurs typons a permis aux étudiant(e)s d'ouvrir le champ des possibilités formelles. Ces expérimentations ont été amplifiées par une insolation hasardeuse.
En effet nous avons pu insoler les écrans directement dans l'espace du workshop grâce à une insoleuse bricolée par Marion BONJOUR (4è année Design Graphique).
Nous tenions à montrer aux participant(e)s le potentiel expérimental et aléatoire de la sérigraphie par rapport à l'impression numérique classique. Ici, le processus d'impression devient une étape toute aussi importante que la conception formelle et n'est plus seulement considérée comme une finalité.
Ce workshop était une façon d'éprouver des formes non-signifiantes afin d'éviter des compositions que les étudiant(e)s maîtrisent. En somme, les faire sortir de leur zone de confort par des contraintes techniques. Tenter la simplification, tendre vers l'abstraction, approcher l'essence même de la forme, comprendre les rapports de force entre le noir de la forme et le blanc de la page, composer sans composition, etc. Penser en termes de superposition avec les formes développées par les autres participant(e)s.
Ce travail interroge la production d'objets uniques produits en multiples de plusieurs façons : Chaque édition est unique du fait des techniques mentionnées précédemment. De plus cette spécificité est accentuée car chaque étudiant a fabriqué sa propre couverture (en observant les modalités de conceptions formelles antérieures)

Texte extrait de l'édition finale du workshop, coécrit par Soizic BOURHIS, Marion BONJOUR et Angélique BOUDEAU.