La Ville bleue

Lorsque je découvre l'extrait Foedora des Villes Invisibles d'Italo Calvino, l'évocation des maquettes de la ville de Foedora comme de petites "villes bleues" me séduit par la façon légère et poétique de parler de ce que la ville pourrait devenir. Plus tard, mes recherches m'amènent à penser que la référence viendrait peut-être de l'écrivain russe Alexis Tolstoï qui, cinquante ans plus tôt, publiait les cités bleues, une nouvelle dans laquelle un jeune architecte sous le régime soviétique fantasme une ville utopique, décrite alors comme une cité bleue. Un détail m'a frappé dans ce texte: l'architecte projette la possibilité de réaliser son utopie en 2024. Je ne peux m'empêcher de me demander alors: Aujourd'hui proche de cette date, dans un contexte social complètement différent, quel peut-être le fantasme d'une ville bleue ? 

Dans ce mémoire, je me demande particulièrement quel peut être celui d'une jeune designer graphique en France en 2016. Après avoir posé le contexte
et étudié le territoire de la ville, que je considère comme notre espace commun, je questionne la place du graphiste dans la construction de cet espace. Peut-il être un acteur d'une fabrique collaborative de la ville ?

Lire la préface 

Lire l'ensemble du mémoire.