Corps et Plis

Quel est le premier sens que nous développons à la naissance ? Le toucher et le corps sont au coeur du questionnement créatif, et conceptuel. La matière terre offre la possibilité de mettre en évidence un état physique, tactile du corps. Sous forme des performances ou des installations, le projet intitulé Corps et Plis évoque le passage du corps par l'exploration de la matière. La terre argileuse est souple, lourde, extensible, jusqu’à un certain point. Elle joue de sa malléabilité. Une fois étirée en une feuille de terre, elle est douce, fluide, elle épouse subtilement la force qui l’accompagne. Elle sait se faire apprivoiser, prend de nouvelles formes, elle se plie. Formes intuitives, des plis successifs formés d’une matière molle, ils sont touchés, caressés, troués et traversés. La terre garde l’empreinte, le passage d’un corps dans sa matière. Elle est matière élémentaire qui s’expérimente. Elle fait ressortir ses formes généreuses, prend de l’ampleur, nous glisse entre les mains. Une fois cuite, c’est une nouvelle transformation pour ne plus bouger, très lisse, elle joue de son esthétique, de sa couleur. Elle nous rappelle la surface de la peau, enveloppe charnelle. Elle se porte avec fragilité, habille de courbes les espaces géométriques. Des corps, des espaces, confrontés à d’autres matériaux, elle est sensuelle, par le poids, lourde de sa substance, elle renferme les fluides. On y observe des pistes différentes d’agir par rapport aux concepts de présence et d’absence corporelle.