En attendant

Roland Barthes remarquait que historiquement, le discours de l’absence est tenu par la Femme, et il associait le travail des Fileuses, les Chansons de toile, à la traduction de cette attente de l’autre. Travailler la broderie, en tant qu’homme, présente donc le moyen d’inverser la tendance.

Et quand l’absence devient une « pratique active », un « affairement », l’ouvrage se fait bras-de-fer contre le temps et la douleur. La broderie est un travail de longue haleine : elle est l’art méticuleux d’enjamber le temps.

"« Souffrir : une façon d'être actif sans faire quoi que ce soit. »" (Cioran, Le crépuscule des pensées)